Policultures

TERRITOIRES LIVRE ET INDUSTRIES ARTS VISUELS SPECTACLE UN MOIS EN BREF NOTES DE LECTURE INTERNATIONAL POLITIQUES PUBLIQUES ABONNEMENTS

MARCHÉ

PAR Philippe Pujas
lundi 12 mars 2012

Selon un sondage, les Français interrogés font plus confiance à François Hollande qu’à Nicolas Sarkozy pour le soutien à la culture. Mais une majorité pense aussi qu’il n’y a pas de différence sensible entre une politique culturelle de gauche et une politique culturelle de droite. Les faits démontrent le contraire.

Longtemps, le clivage était censé se faire sur le patrimoine, la droite étant réputée y être plus sensible. Il s’est fait aussi sur la place de la culture dans les choix politiques, la gauche lui ayant consacré une attention et des moyens plus grands.

De ce point de vue, les choses sont brouillées : le patrimoine a connu des moments difficiles depuis dix ans, et la question des moyens est posée sous un jour nouveau par la crise des finances publiques. Restent des différences sensibles. Un mot résume la gestion des gouvernements des dix dernières années : marché.

Les établissements culturels ont été poussés à s’adapter au marché pour leur gestion. Avec l’autono misation des grands musées est venue l’incitation à gérer leurs collections comme un capital ; cet objectif est devenu central. Deuxième aspect : le rapport au public et à l’œuvre. Les taux de remplissage deviennent le critère central sur lequel se juge la pratique artistique d’un établissement ; le risque, la recherche, l’audace comptent peu. Voilà au moins deux clivages…

Philippe PUJAS