Policultures

TERRITOIRES LIVRE ET INDUSTRIES ARTS VISUELS SPECTACLE UN MOIS EN BREF NOTES DE LECTURE INTERNATIONAL POLITIQUES PUBLIQUES ABONNEMENTS

Président-ministre

PAR Philippe Pujas
lundi 11 janvier 2010

Le Président de la République, donc, s’intéresse de près à la culture. On devrait s’en réjouir, s’il ne portait la même attention pointilleuse à tous les secteurs, quitte à transformer les ministres en figurants, et à jouer lui-même à contre-emploi.

Entendre le Président parler de culture avec le luxe de précisions dans lequel il s’est enfoncé laissait une impression étrange. Était-il à son niveau ? Certes pas. Mais bon, on en a quand même maintenant pris l’habitude. Reste le fond, c’est-à-dire ce qu’il a annoncé. On retiendra surtout ici, parce que la plupart des media ont focalisé sur les déclarations concernant internet, le revirement présidentiel sur la réforme des collectivités territoriales. Il n’est donc plus question de retirer aux régions et aux départements la clause de compétence générale : ces deux niveaux de collectivités territoriales pourront continuer à intervenir dans la culture, et à le faire ensemble. Une revendication centrale des collectivités territoriales et de leurs partenaires culturels est donc satisfaite. Elle l’est d’autant plus que, comme nous l’écrivions dans nos pages focus, cette question était marginale pour le Président de la République.

Satisfaite pour peu de résultats à en attendre ? C’est qu’il demeure une autre grande interrogation, liée à la réforme des finances locales et à celle des collectivités territoriales. Quand bien même celles-ci ne seraient pas empêchées par la loi d’intervenir dans le domaine culturel, le feraient-elles ? de partout en effet s’élèvent les craintes que les réformes en cours n’obligent les collectivités territoriales à se replier sur leurs compétences obligatoires. Ce qui est permis mais facultatif ferait donc les frais des bouleversements.

Philippe PUJAS