Policultures

TERRITOIRES LIVRE ET INDUSTRIES ARTS VISUELS SPECTACLE UN MOIS EN BREF NOTES DE LECTURE INTERNATIONAL POLITIQUES PUBLIQUES ABONNEMENTS

RAOULTISATION

PAR Philippe Pujas
mardi 1er décembre 2009

Le metteur en scène Jean-Pierre Vincent a beaucoup dénoncé l’inculture des responsables politiques, et on se disait parfois qu’il était bien injuste dans ses généralisations. Mais voilà que de temps en temps, certains s’évertuent à lui donner raison. Ce mois-ci, c’est Éric Raoult, député UMP, ancien ministre, qui s’y est appliqué, avec sa désormais célèbre diatribe contre Marie N’Diaye.

Certes, le ministre de la culture juge l’affaire sans importance, et se drape de la toge avantageuse de Ponce-Pilate. Pourtant, il faut prendre la chose avec sérieux, peut-être même avec gravité. Ce qui s’y manifeste, c’est une inculture portée haut, avec fierté, voire une hostilité à la culture. Ce n’est pas nouveau, certes, mais l’arrogance avec laquelle elle s’exprime n’est pas un bon signe. Elle crée un climat dont il reste des traces, ce que cherchent sans doute ceux qui portent les coups de boutoir.

Ce climat, grave en profondeur, l’est aussi conjoncturellement. Elle accrédite l’idée que la culture n’est décidément pas une matière sérieuse, que les artistes ont l’esprit trop léger, et que, en ces temps de finances difficiles, c’est peut-être de ce côté-là qu’il est possible de faire desé économies.

Philippe PUJAS