Policultures

TERRITOIRES LIVRE ET INDUSTRIES ARTS VISUELS SPECTACLE UN MOIS EN BREF NOTES DE LECTURE INTERNATIONAL POLITIQUES PUBLIQUES ABONNEMENTS

LES COMMUNES, L’ETAT, ET LA CULTURE

PAR Philippe Pujas
jeudi 12 mars 2020

Il a été peu question de culture dans la campagne pour les élections municipales. Ce n’est pas nouveau, et cela ne devrait pas inquiéter outre mesure. Les esprits, avant même d’être submergés par le coranovirus, étaient ailleurs : sur l’environnement, sur la sécurité… Cela ne veut pas dire que la culture ne comptera pas dans les prochains mandats.

Cela devrait se faire dans un contexte institutionnel nouveau, du fait de l’Etat qui s’est engagé dans une réforme de sa propre architecture, avec plus de déconcentration, et une réforme de ses rapports avec les collectivités territoriales.

Quels seront, dans ce cadre, les relations de celles-ci avec le ministère de la culture ? Cela dépendra beaucoup d’un ministère lui-même largement déboussolé par un criant manque de cap et de soutien. Pour l’avenir, sa feuille de route est-elle tracée par le rapport de la députée Aurore Bergé au Premier ministre ? Ce rapport a du bon : il relève que les activités culturelles irriguent plutôt bien le territoire, grâce au travail associatif appuyé par les collectivités territoriales. Il a aussi des aspects inquiétants, reprochant au ministère de la culture de s’être trop centré sur le soutien aux artistes. Les artistes sont au cœur de l’action du ministère et le resteront, a répliqué Franck Riester. Peut-on envisager, à partir de là, un nouveau partage des rôles entre l’Etat et les collectivités territoriales ? L’Histoire, qui est tenace, a toujours penché pour des responsabilités partagées. Quelles que soient les décisions de l’Etat, on voit mal comment cette constante pourrait ne pas être respectée.

Philippe Pujas