Policultures

TERRITOIRES LIVRE ET INDUSTRIES ARTS VISUELS SPECTACLE UN MOIS EN BREF NOTES DE LECTURE INTERNATIONAL POLITIQUES PUBLIQUES ABONNEMENTS

MAUVAIS CINEMA

PAR Philippe Pujas
samedi 29 février 2020

On peut préférer Brigitte Bardot et Fanny Ardant à Florence Foresti. On peut les préférer, aussi, au ministre de la culture. On les préfère parce qu’elles ne hurlent pas avec les loups, qu’elles ne participent pas au lynchage banalisé, au jugement de la foule contre celui de la justice. Brigitte Bardot et Fanny Ardant se sont élevées contre le déchaînement de haine qui s’abat sur Romain Polanski, et ces voix magnifiques font du bien. A tous les pseudo-amoureux du cinéma qui participent au lynchage, on ne peut que recommander le terrible film de Fritz Lang, Fury : ils y verront à quoi peuvent conduire des mouvements de foule incontrôlés.

C’est que, par les temps qui courent, dans le monde de la culture, et c’est le moins qu’on puisse dire, on en trouve beaucoup qui ne brillent ni par le courage ni par l’originalité de la pensée. Ce monde dont on pourrait attendre à la fois de l’humanité et de l’esprit critique donne plutôt, par ceux qui parlent le plus fort, l’image médiatisée du suivisme et de la veulerie. Après s’être fait les dents sur l’os Matzneff, on revient à l’os Polanski. Les amis de Matzneff ont oublié qu’ils l’avaient connu et qu’ils l’avaient lu, et rejoignent dans l’indignation de masse ceux qui ne l’avaient ni connu ni lu. Dans la foulée, la police, la justice, ne trouvent rien de mieux que de s’inscrire dans ce temps médiatico-populaire, et font des contorsions pour contourner les proscriptions.

Que dire, dans tout cela, du ministre de la culture ? Il est au milieu de la foule des suiveurs, quand il devrait s’en extraire et donner un peu de hauteur à son propos. En condamnant d’avance les Césars pour une récompense donnée au film de Polanski, il a fait le contraire. Dommage !

Et pendant ce temps, on enterre Les Cahiers du cinéma. Un autre magazine paraîtra, qui portera son nom, mais ne sera plus lui. Les Cahiers sont victimes, après d’autres, de l’appétit d’hommes d’affaires qui croient s’emparer d’une proie mais n’en saisissent que l’ombre…

Philippe PUJAS