Policultures

TERRITOIRES LIVRE ET INDUSTRIES ARTS VISUELS SPECTACLE UN MOIS EN BREF NOTES DE LECTURE INTERNATIONAL POLITIQUES PUBLIQUES ABONNEMENTS

LA TENTATION DE LA CENSURE

PAR Philippe Pujas
lundi 25 novembre 2019

Il a suffi de l’emballement autour du cas Roman Polanski pour que la censure repointe le bout de son nez chez des élus. En l’occurrence ceux de l’intercommunalité Est Ensemble, en banlieue parisienne. Des élus de gauche. Ils avaient décidé, ni plus ni moins, de déprogrammer « J’accuse » de leurs cinémas municipaux. Des cinémas remarquables et exigeants. Piquant, du reste : il y a parmi ces cinémas Le Méliès de Montreuil, qui a fait il y a quelques années l’objet d’une bataille homérique pour l’indépendance de ses gestionnaires. Un film sur cette bataille sort opportunément dans les salles le 4 décembre, accompagné de débats. (lire rubrique spectacles). Le directeur artistique du Méliès, au cœur de la précédente bataille, est monté au créneau contre la censure, et on ne s’en étonnera pas. Les élus ont fini par reculer.

Mais il reste qu’il faut sans cesse remettre le métier sur l’ouvrage, dans une période où les formes d’intolérance et d’intimidation se multiplient, où des coups de force empêchent des projections ( ce qui a été le cas pour « J’accuse ») ou des conférences jusque dans des universités. Face à cette montée des périls, les élus devraient faire preuve de sang-froid et de recul. Ils ne le font donc pas toujours.

On connaît de longue date la tentation de certains d’entre eux d’intervenir dans la programmation des institutions culturelles de leur territoire, pour les raisons les plus diverses. Les formes en étaient devenues plus sourdes, plus cachées ; comme si une sorte de mauvaise conscience les empêchait de se manifester au grand jour. Que les tentatives redeviennent ouvertes, voilà qui inquiète. Une différence avec naguère, toutefois : les tentatives d’alors étaient commandées principalement par l’idéologie, elles le sont maintenant pour suivre la pression de la meute. Est-ce mieux ?

Philippe Pujas