Policultures

TERRITOIRES LIVRE ET INDUSTRIES ARTS VISUELS SPECTACLE UN MOIS EN BREF NOTES DE LECTURE INTERNATIONAL POLITIQUES PUBLIQUES ABONNEMENTS

EUROPE : LA CULTURE RELEGUEE ?

PAR Philippe Pujas
jeudi 19 septembre 2019

Une nouvelle commission européenne, et, déjà, une inquiétude qui se répand : la culture y serait reléguée au second rang. Et, certes, elle n’apparaît pas dans l’intitulé des titres donnés aux nouveaux commissaires. Elle est confiée à une commissaire « à l’innovation et à la jeunesse » la Bulgare Marya Gabriel, elle-même sous la responsabilité du commissaire « chargé de la protection de notre mode de vie européen », le Grec Margaritis Schinas.

Pas de quoi s’inquiéter, tente de rassurer la Commission, qui avance deux arguments. D’abord, l’architecture des services de la Commission ne change pas. Il y a toujours une Direction générale de l’éducation et de la culture que coiffera Mariya Gabriel. Ce n’est donc qu’une question d’intitulé, la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, souhaitant donner des titres brefs aux portefeuilles de la nouvelle Commission. Et puis, qu’est-ce qui est important, avoir un titre, ou avoir une réelle influence, un vrai poids politique, comme l’a le nouveau commissaire en charge de la culture, comme l’a le Maryia Gabriel ? C’est un argument que beaucoup sont prêts à entendre, et à relayer.

C’est l’histoire qui tranchera, celle de la nouvelle Commission. Il reste qu’il y a derrière cette manière de faire comme un manque d’anticipation des réactions d’un milieu sensible qui est aussi, quoiqu’on en dise, une faute politique. Une politique, c’est aussi une question d’affichage, et là, l’affichage n’est pas bon.

Philippe Pujas