Policultures

TERRITOIRES LIVRE ET INDUSTRIES ARTS VISUELS SPECTACLE UN MOIS EN BREF NOTES DE LECTURE INTERNATIONAL POLITIQUES PUBLIQUES ABONNEMENTS

LA REDEVANCE AUDIOVISUELLE DANS LE VISEUR DE DARMANIN

PAR Philippe Pujas
vendredi 29 mars 2019

Etrange, ce gouvernement où le ministre des comptes publics se croit autorisé à prendre l’habit de commentateur de café de commerce pour se prononcer « comme simple citoyen » pour la suppression d’une taxe, en l’occurrence celle qu’on appelle encore par habitude redevance audiovisuelle.

Cette suppression est à l’ordre du jour depuis longtemps. Les gouvernements, des commissions parlementaires se sont penchés dessus. Que l’évolution des technologies et de l’usage des écrans rende une évolution nécessaire, personne n’en doute. Mais on ne peut pas poser le problème sans poser son autre versant : comment financer l’audiovisuel public ? Le ministre de la culture a heureusement apporté la réplique à son confrère à ce sujet. Pour Franck Riester, comme pour ses devanciers au ministère de la culture, un service public audiovisuel est nécessaire, parce qu’il a des missions particulières d’éducation, et une exigence de qualité. Pour remplir ces missions, il lui faut échapper à la loi du marché, c’est-à-dire celle des annonceurs qui tirent quasi-automatiquement les contenus vers le bas.

Gérald Darmanin n’a pas cette prudence, ni sans doute, on peut le supposer, ce souci du service public. Comme pour beaucoup d’ « opinions personnelles » émises par des membres de ce gouvernement et dont on se demande toujours s’ils sont des ballons d’essai ou une manière de forcer une décision, il y a donc de quoi s’inquiéter. Et on attend du Pemier ministre qu’il nous rassure.

Philippe Pujas