Policultures

TERRITOIRES LIVRE ET INDUSTRIES ARTS VISUELS SPECTACLE UN MOIS EN BREF NOTES DE LECTURE INTERNATIONAL POLITIQUES PUBLIQUES ABONNEMENTS

DU PANTHEON AU GRAND PALAIS

PAR Philippe Pujas
mardi 13 novembre 2018

Maurice Genevoix au Panthéon, ou le nouveau retour en grâce. L’homme a eu un destin singulier. Il fut d’abord l’auteur de Ceux de 14, le récit le plus poignant sur la Grande Guerre. Et puis, on l’oublia ; il était secrétaire perpétuel de l’Académie française, poste dans lequel on avait tendance à voir une vieille barbe dépassée par le temps. Et puis voilà que dans ses dernières années, c’est lui qui a rattrapé le temps, qui l’a anticipé. Il devint, alors que la sensibilité écologique naissait, le chantre du retour à l’observation de la nature. Une jeunesse s’est reconnue en lui, dans sa manière de voir et de sentir, sa Sologne s’est faite universelle, il connut une nouvelle et belle gloire. On ne peut pas séparer le Genevoix amoureux de la nature de celui des combats des Eparges. C’est le même homme qui défend la vie. Il ne peut entrer au Panthéon que dans cette unité.

Fatale évolution de la RMN, Réunion des Musées nationaux. On l’avait accouplée, dans un attelage bizarre, au Grand-Palais. C’était, déjà, tordre le cou à sa mission d’origine, qui était d’être un organisme d’intérêt public au bénéfice des musées et de leurs collections. L’autonomisation des principaux musées avait déjà mis à mal sa fonction de compensation des ressources entre les grands et les petits musées. La fusion avec le Grand Palais a définitivement fait pencher la balance vers une fonction principalement commerciale : l’organisation d’expositions voulues le plus spectaculaires possible ; on va en avoir un exemple avec l’exposition « Michael Jackson : on the wall » qui s’ouvre le 22 novembre. Cette évolution trouve son aboutissement logique avec la nomination de son président. Jusqu’à maintenant, le poste était dévolu à un haut fonctionnaire ayant fait carrière dans la culture. Il échoit à un commissaire d’expositions belge à la carrière internationale. Le Grand Palais, à l’heure où il est engagé dans des travaux pharaoniques, écrase la RMN.

Philippe Pujas