Policultures

TERRITOIRES LIVRE ET INDUSTRIES ARTS VISUELS SPECTACLE UN MOIS EN BREF NOTES DE LECTURE INTERNATIONAL POLITIQUES PUBLIQUES ABONNEMENTS

QUE PEUT LA CULTURE ?

PAR Philippe Poirrier
vendredi 1er juin 2018

Laurence Engel, Que peut la culture ? Paris, Bartillat, 2017, 220 pages, 18 Euros.

L’essai sur la politique culturelle est devenu, en France, un genre à part entière, où le pire côtoie le meilleur. Cet ouvrage appartient incontestablement à la seconde catégorie. L’auteure excelle à articuler expérience personnelle et réflexion intellectuelle. Directrice de la Bibliothèque de France, Laurence Engel, a occupé, depuis sa sortie de l’Ena, diverses responsabilités dans les secteurs de la culture, à la ville de Paris et au Ministère de la Culture. Elle souligne à juste titre le divorce croissant entre le monde politique et le monde culturel : un moindre intérêt général pour les questions culturelles ; une moins bonne connaissance aussi des élites politiques ; ou encore, véritable paradoxe, une attente excessive à propos des effets de la culture, qui relève le plus souvent d’une forme d’instrumentalisation. On attend beaucoup de la politique culturelle alors même que celle-ci est fragilisée, depuis une large décennie, par des logiques essentiellement administratives et comptables.

L’ouvrage a l’ambition de montrer comment redonner à l’Etat un rôle efficace. La démonstration est convaincante, et repose sur quelques idées simples : conforter le cœur des missions (protection du patrimoine et des créateurs, régulation des marchés, transmission au public) ; sortir d’un entre-soi mortifère pour une politique publique ; conserver une présence forte de l’Etat en Région ; prendre véritablement en charge la révolution numérique. On regrettera cependant la trop faible place accordée aux collectivités locales qui jouent désormais un rôle essentiel dans le paysage culturel national. On encourage les décideurs actuels, et ceux qui les conseillent, à méditer cet essai revigorant, au ton particulièrement serein, alors que la question (si mal posée) du Pass culture et la loterie patrimoniale occupent pratiquement seules l’espace médiatique. La culture ne peut pas tout, notamment masquer les effets délétères des fractures sociales ; mais son abandon par la puissance publique serait un symptôme supplémentaire du délitement de notre modèle républicain ; de notre vivre ensemble.

Philippe Poirrier