Policultures

TERRITOIRES LIVRE ET INDUSTRIES ARTS VISUELS SPECTACLE UN MOIS EN BREF NOTES DE LECTURE INTERNATIONAL POLITIQUES PUBLIQUES ABONNEMENTS

LA CULTURE AUX MAINS DU PRIVE ?

PAR Philippe Poirrier
mercredi 14 mars 2018

Nectart, premier semestre 2018, n°6, 162 pages, 26 Euros.

La revue Nectart , éditée par les Editions de l’Attribut (Toulouse), confirme la place originale qu’elle occupe dans le paysage des revues culturelles. Sa récente présence sur le portail Cairn devrait à la fois conforter son modèle économique et permettre un meilleur accès à son contenu ; notamment pour les étudiants.

Le dossier de cette sixième livraison, intitulé « La culture aux mains du privé ? », offre aux lecteurs une information de qualité proposée par des chercheurs en SHS et une diversité de points de vue. Jean-Claude Pompougnac rappelle l’origine du service public de la culture et souligne sa remise en cause par les logiques libérales. A partir de l’exemple de la musique, Emmanuel Négrier montre comment l’intervention récente de groupes marchands participe de plusieurs formes de concentration. Elsa Vivant et Bruno Lefèvre soulignent les effets pervers des industries créatives. Seul Olivier Babeau, en digne héritier du discours fumarolien, défend une ligne libérale pure, parée de toutes les vertus. L’auteur semble ignorer que ce qui fonde la politique publique de la culture ne relève pas des seuls critères économiques, mais du politique, au sens noble du terme. La République n’est pas seulement la forme française de la démocrate libérale : c’est un régime qui porte, depuis deux siècles, un discours émancipateur et dont l’Etat providence, notamment dans les secteurs culturels, constitue un outil.

Philippe Poirrier