Policultures

TERRITOIRES LIVRE ET INDUSTRIES ARTS VISUELS SPECTACLE UN MOIS EN BREF NOTES DE LECTURE INTERNATIONAL POLITIQUES PUBLIQUES ABONNEMENTS

L’ARCHIVISTE DANS LA CITE

PAR Philippe Poirrier
lundi 6 mars 2017

Edouard Bouyé, L’archiviste dans la cité. Un ver luisant, Dijon, Editions universitaires de Dijon, 2017, 105 pages, 8 Euros.

L’archiviste, à l’image du bibliothécaire, véhicule souvent une image quelque peu désuète, et peu valorisante. C’est contre cette image d’Epinal que l’auteur, directeur des Archives départementales de la Côte d’Or, ferraille avec talent et bonheur, mobilisant une plume alerte. Conserver, enseigner, chercher : telles sont les principales activités qui orientent l’agenda de l’archiviste. Le récit proposé par Edouard Bouyé ne relève pas de l’exposé académique, mais prend la forme, assez stimulante, d’un auto-portrait qui permet de saisir combien la pratique du métier a connu, ces dernières décennies, une profonde mutation grâce à la révolution numérique et à un engagement affirmé en direction des publics (1). L’auteur souligne les vertus d’une médiation culturelle fondée sur un équilibre nécessaire entre le « présentiel » et le virtuel. Les exemples développés, de la Grande collecte à la lecture à voix hautes de pièces d’archive, sont probants.

Ce petit volume illustre parfaitement l’ambition de la jeune collection « essais » des éditions universitaires de Dijon. Sa lecture confirme l’intérêt des métiers du patrimoine qui, conçus de cette manière, peuvent jouer un rôle central dans la vie de la Cité, et contribuer à cette démocratisation de la culture qui reste l’objectif premier des politiques publiques de la culture.

Pour d’autres exemples, voir la dernière livraison de Culture & recherche (hiver 2016-2017) : « Les publics in situ et en ligne ». http://www.culturecommunication.gou...

Philippe Poirrier