Policultures
TERRITOIRES LIVRE ET INDUSTRIES ARTS VISUELS SPECTACLE UN MOIS EN BREF NOTES DE LECTURE INTERNATIONAL POLITIQUES PUBLIQUES ABONNEMENTS
Dans un numéro récent de Libération, une centaine d’artistes, parmi lesquels de très éminents ( les frères Dardenne, Pascal Dusapin, Amos Gitaï) ont signé un « appel contre le FN ». Ils expriment leur inquiétude devant la perspective de l’arrivée au pouvoir de Marine Le Pen et de son pouvoir, dans des termes qui dans l’ensemble sonnent juste. On y lit aussi cette affirmation devenue banale selon laquelle la subversion est une « éminente fonction de l’art ». Bravo ! Soyons subversifs. Autrement dit, (...)
Ah, je n’en peux plus d’écouter la classe parlante, qui me donne de l’urticaire, me fait hurler tout seul en sautant sur place, et me fait vouloir étrangler mon chien… La classe médiatico-blabla, d’où déferle l’ultra-conformisme : vérités révélées, objurgations puritaines… Ainsi vous le disent ces nouveau curés : vous êtes racistes, repli frileux, populistes ! Tenez, un exemple parmi d’autres, je lis dans la pub d’un festival littéraire : « à l’heure du réflexe identitaire, de la tentation du repli sur soi, de (...)


C’est une constante : à l’occasion de chaque élection présidentielle, on déplore le peu de place qui occupe la culture. La campagne qui s’achève se sera donc inscrite dans une tradition bien installée, et a même aggravé le déficit, si on entend par place de la culture l’énoncé de mesures spécifiques présentées largement lors de débats ou de réunions avec ce qu’il est convenu d’appeler « le monde de la culture », agglomérat de professionnels divers dans lequel on rencontre même, parfois, des artistes. Il est pourtant question de culture dans les programmes des candidats. Deux d’entre eux, même, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon, proposent un ensemble détaillé de mesures, signe du travail de leurs équipes, et une ambition générale qui se traduit par un objectif de croissance à 1% du PIB des dépenses publiques pour la culture. Leurs programmes ont en outre une qualité précieuse : ils traitent la culture comme un (...)


Lecture en hausse, surtout du fait des grands lecteurs, avancée du numérique, recul des librairies au profit de la vente en ligne et des grandes surfaces culturelles : ce sont les principales tendances révélées par l’étude réalisée par Ipsos à la demande du CNL et publiée juste avant l’ouverture du salon du livre de Paris. Ce baromètre est bisannuel, et a été publié pour la première fois en 2015 seulement. Il est trop tôt, donc, pour mesurer sérieusement une tendance. On ne peut que constater, avec prudence, les fluctuations d’une enquête à l’autre. 84% des Français se déclarent lecteurs de livres, 24% peu, 37% moyennement et 24% beaucoup. La proportion des grands lecteurs augmente sensiblement, entre 2015 et 2017, chez les 50 – 64 ans, dont 30% se disent grands lecteurs contre 22% deux ans plus tôt. Les « grands lecteurs » ont lu plus de vingt livres par an. Le nombre de livres lus est plus élevé que lors (...)
HEINICH Nathalie et FEROUMONT Benoît, L’artiste contemporain. Sociologie de l’art d’aujourd’hui, Bruxelles, Le Lombard, coll. « La petite bédéthèque des savoirs », 2016, 72 pages, 10 Euros. La collection « La petite bédéthèque des savoirs » de l’éditeur bruxellois Le Lombard propose une valorisation de la (...)