Policultures
TERRITOIRES LIVRE ET INDUSTRIES ARTS VISUELS SPECTACLE UN MOIS EN BREF NOTES DE LECTURE INTERNATIONAL POLITIQUES PUBLIQUES ABONNEMENTS
Rien ne devrait étonner de la part des hérauts de la start-up nation. Mais le coup de la carte d’identité européenne dépasse tellement l’entendement qu’on doit avouer qu’on ne les croyait pas capables d’aller jusqu’à de telles altitudes d’ânerie coupable. Les faits : une nouvelle carte d’identité commence d’être distribuée dans deux ou trois départements avant d’être généralisée cet été. Elle adopte un modèle commun à tous les pays de l’Union européenne, qui recommande qu’elle soit rédigée dans deux ou trois (...)
Au Sénat, on s’interroge sur la généralisation du pass culture, actée dans le budget 2021 pour un montant de 59 millions d’euros, et confirmée par la ministre de la culture. Le groupe de travail sur le pass culture, indique la commission de la culture de la Haute Assemblée, « s’étonne de la décision de généralisation avant toute évaluation préalable d’ampleur ». Pour les sénateurs, « Alors que la plupart des établissements culturels sont fermés au public, cette annonce apparait avant tout motivée par la (...)


Le livre en langue française a totalisé en 2019 environ cinq milliards de revenus, soit 5% du marché mondial du livre. 85% de ses ventes sont réalisées en France, 6% au Québec, et 4% en Belgique. Reste donc 10% pour le reste du monde. Et les deux tiers de la population francophone mondiale n’achètent que 5% des livres en français. En tête pour ces pays : la Côte d’Ivoire (1% du total), le Cameroun (0,8%) et le Sénégal (0,5%). La chaîne du livre francophone représenterait 108 000 emplois, C’est avec ces chiffres en tête qu’il faut mesurer les enjeux des Etats généraux du livre en langue française, qui devaient se tenir à l’automne dernier à Tunis et qui y sont maintenant programmés les 23 et 24 septembre prochains. Les Etats généraux semblent une énorme machine, parce qu’ils ont mis en mouvement un grand nombre d’acteurs. Ils sont pilotés par Sylvie Marcé, ex éditrice, nommée commissaire générale par le (...)


De tous les secteurs culturels, ce sont la projection du cinéma et le spectacle vivant qui ont le plus souffert en 2020, confirma la note de conjoncture sur le chiffre d’affaires de la culture au 4ème trimestre 2020 que vient de produire le ministère de la culture. Le chiffre d’affaires des salles de cinéma a baissé de 65%, et celui du spectacle vivant de 43%. Les secteurs les plus touchés après eux l’ont été sensiblement moins, avec un recul de 14% pour la presse et de 11% pour les arts visuels. L’ensemble a enregistré au total un recul de 12%. Pour le seul quatrième trimestre, le recul est de 7%, avec des différences considérables : -81% pour la projection cinéma (les salles ayant été fermées le 30 octobre), + 4% pour le livre, + 60% pour le jeu vidéo. Pour les salles et scènes de spectacle, 2019 est l’année du désastre total. C’est vrai pour le spectacle vivant, qui a perdu 810 millions d’euros (...)
Jean-Yves Mollier, Interdiction de publier ! La censure d’hier à aujourd’hui, Joinville-le-Pont, Double ponctuation, coll. « Point d’exclamation », 2020, 171 pages, 14 Euros. Historien reconnu de l’histoire du livre et de l’édition, Jean-Yves Mollier a croisé les phénomènes de censure dans plusieurs de (...)