Policultures
TERRITOIRES LIVRE ET INDUSTRIES ARTS VISUELS SPECTACLE UN MOIS EN BREF NOTES DE LECTURE INTERNATIONAL POLITIQUES PUBLIQUES ABONNEMENTS
A la fin d’un communiqué qui annonce la fermeture samedi 8 décembre des établissements culturels parisiens du ministère de la culture, Franck Riester , parlant des media, affirme que « L’ensemble de la profession a un devoir de vigilance et doit toujours faire prévaloir la vérification des faits. » Cette assénation provoque, pour le moins, l’étonnement. Le citoyen Riester, et même le responsable de groupe politique qu’il est, a parfaitement le droit d’exprimer un point de vue sur cette question. Pas le (...)
Une croissance à peu près équilibrée : c’est ce que révèle le bilan 2017 du Centre national des variétés (CNV) sur l’activité du spectacle vivant de variétés en France. Une augmentation de 4% du nombre de représentations a en effet, constate le CNV, « été alimentée à la fois par les festivals, la programmation saisonnière des salles et des événements isolés ; à la fois dans des lieux de petite, de moyenne et de grande jauge ; et dans l’ensemble des régions françaises, à quelques exceptions près ». Le CNV ne peut (...)


Quinze ans après, la loi Aillagon de 2003 sur le mécénat a prouvé sa très grande efficacité, au point qu’elle commence maintenant à coûter cher à l’Etat alors que les critères d’intérêt général qui justifient ses avantages fiscaux ne sont pas toujours démontrés et appellent une vigilance plus grande : tel est en substance le message qu’envoie la Cour des comptes dans le rapport qu’elle vient de rendre public, et qu’elle a rédigé à la demande de la commission des finances de l’Assemblée nationale. La loi Aillagon, qui instituait de très larges avantages fiscaux aux entreprises mécènes, a fait passer la France au premier rang des pays encourageant le mécénat d’entreprise. Résultat : 90 millions d’euros de dégrèvements fiscaux en 2004, et 900 en 2016 et 2017. Un résultat de cette ampleur oblige à se poser la question de savoir ce que l’Etat y gagne et y perd. Or, la Cour constate que les avantages consentis (...)


Quarante demandes d’inscription sur la « liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité » seront étudiées lors de la 13ème session du Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, qui se réunira du 26 novembre au 1er décembre à Port-Louis (République de Maurice). La France est présente dans deux candidatures : seule, elle demande l’inscription des « savoir-faire liés au parfum en pays de Grasse » ; avec Chypre, la Croatie, l’Espagne, la Grèce, l’Italie, la Slovénie et la Suisse, elle souhaite que soit inscrit « l’art de la construction en pierre sèche ». Ces constructions, soulignent les dossiers de candidature, « témoignent des méthodes et pratiques utilisées par les populations depuis la préhistoire jusqu’à l’époque moderne pour organiser leurs espaces de vie et de travail en optimisant les ressources naturelles locales et humaines ». Elles sont des exemples (...)
CALLU Agnès, Culture et élites locales en France, 1947-1989, Paris, Editions du Cnrs, 2018, 554 pages, 52 Euros. Ce volume, édité par Agnès Callu, constitue la valorisation éditoriale d’une enquête collective consacrée à la « sociologie des élites culturelles locales », en France, de 1947 à 1989 ; ce que (...)