Policultures
TERRITOIRES LIVRE ET INDUSTRIES ARTS VISUELS SPECTACLE UN MOIS EN BREF NOTES DE LECTURE INTERNATIONAL POLITIQUES PUBLIQUES ABONNEMENTS
Une nouvelle commission européenne, et, déjà, une inquiétude qui se répand : la culture y serait reléguée au second rang. Et, certes, elle n’apparaît pas dans l’intitulé des titres donnés aux nouveaux commissaires. Elle est confiée à une commissaire « à l’innovation et à la jeunesse » la Bulgare Marya Gabriel, elle-même sous la responsabilité du commissaire « chargé de la protection de notre mode de vie européen », le Grec Margaritis Schinas. Pas de quoi s’inquiéter, tente de rassurer la Commission, qui avance (...)
André Masson arrive à Céret en 1919, il y a donc exactement un siècle, avec son ami Maurice Loutreuil. Céret, c’est le sud, une atmosphère qui l’aidera à oublier les traumatismes de la guerre, et une petite ville aimée des peintres. Picasso et Braque y ont, juste avant la guerre, approfondi le cubisme, et quand Masson et Loutreuil s’y installent, Soutine s’acharne à en déformer les paysages. Le musée d’art moderne de Céret a la bonne idée de célébrer ce centenaire par une exposition qui couvre la totalité (...)


Créée le 22 juillet dernier, la SAS (société administrative simplifiée) Pass culture a tenu le 11 septembre son premier comité stratégique, au cours duquel il a pu faire un bilan d’étape de la mise en œuvre du Pass, le grand chantier culturel du Président de la République. La SAS Pass culture compte deux actionnaires, l’Etat (70% du capital) et la Caisse des dépôts, par la Banque des territoires (30%). Elle est présidée par Damien Cuier, qui a afit carrière dans l’administration des finances et dans les media audiovisuels. Son comité stratégique est présidé par Isabelle Giordano. La forme juridique choisie ouvre le pass aux opérations commerciales et aux financements privés des offres. On sait que l’idée du candidat Emmanuel Macron a pris la forme, dans sa mise en œuvre, d’une application sur laquelle les jeunes de 18 ans bénéficient d’un crédit de 500 euros à consommer en biens ou services culturels. (...)


L’été 2019 restera comme celui de nouveaux épisodes de canicule. Il sera aussi celui où apparaît au grand jour, plus que jamais, la remise en question de ce qu’on appelle désormais le « surtourisme » et les effets négatifs du tourisme de masse sur des sites trop visités : contestations de plus en plus vives des nuisances engendrées par les méga-paquebots (des Marseillais se sont joints au concert le 15 août), révolte des habitants qui ont le sentiment d’être chassés de chez eux et que leur ville est défigurée, remise en cause des voyages de longue distance pour cause de pollution… Autant de phénomènes qui apparaissent comme le signe d’une fin de cycle, et qui introduisent des doutes sur les projections de croissance mirobolantes du tourisme mondial, dans la foulée de celle des dernières années (+ 7% en 2017, +6+ six premiers mois 2018). Selon l’OMT, il devrait y avoir 1,8 milliard de touristes dans le monde (...)
Elisa Capdevila, Culture, médias, pouvoirs, 1945-1991, Paris, La Documentation photographique, mai 2019, 64 pages, 9,90 Euros. La célèbre collection « La Documentation photographique », désormais éditée par les éditions du CNRS, propose une belle livraison qui permet de faire le point sur l’histoire (...)